Pensées de maman

Attendre un deuxième enfant.

ça y est la décision est prise, nous allons agrandir la famille!

Après une période très compliquée au sein de notre couple, nous voilà à nouveau réuni. Tout n’est pas toujours parfait dans un couple et les épreuves que nous réserve la vie peuvent être rudes… Le tout est de se battre ensemble, d’accepter, de pardonner et d’aller de l’avant en gardant en tête que la famille que l’on fonde, que l’on construit avec notre cœur et notre amour est la priorité à notre vie… Elle nous fait avancer malgré les obstacles, elle nous donne la motivation quand tout paraît hors d’atteinte, cette force venue d’ailleurs qui nous pousse à s’en sortir…

Il nous est apparu logique de vivre à nouveau ce bonheur! Comme mettre un point final qui ne serait en faîte que le début d’un nouveau chapitre, d’un nouveau livre… Boucler une boucle, la boucle de la famille et du bonheur réuni.

Vivre cette nouvelle épopée avec notre premier petit garçon, Martin (les présentations sont faîtes!) âgé d’à peine 5 ans rend la chose complètement différente de la première fois. tout d’abord parce que beaucoup de choses ont changées depuis 5 ans, nos boulots respectifs à monsieur et moi-même, une certaine expérience de la vie (et pas la plus belle…) ponctuée de pertes familiales irremplaçables ainsi qu’une maturité acquise dans notre rôle d’adulte (mais pas trop!) et de parents.

D’autres questions s’ouvrent alors à nous, enfin surtout à moi… Je suis du genre à me poser vingt mille questions à la seconde, mettre mon cerveau en surchauffe, me sentir dépassée, craquer et… Pleurer! Puis ensuite j’essaie de relativiser, de me calmer, de trouver des points positifs à tous mes tracas. Je me détends… Puis je recommence à stresser!

Avec deux enfants, mon état de stress n’est pas prêt de se calmer bien au contraire! Double angoisse, double question, double organisation! mais surtout… Double amour, double câlin, double attaque de bisous, double fierté. Je pense, à mon sens, qu’être parent est un doux mélange d’anxiété absolu de peur et de force, de courage et d’amour inconditionnel. c’est un état unique.

Alors malgré tous ces problèmes de logistique qui attaquent mon cerveau jour et nuit, je ne retiens que l’essentiel… Et l’essentiel est bien là: des petits pieds qui bougent sans arrêt dans mon ventre (trop) rebondit, un petit être en merveilleuse santé qui grandit et s’épanouit à l’intérieur de mon corps. Construire la vie n’est il pas magique? On en oublie parfois l’essentiel, prit dans l’engrenage du quotidien qui, il faut bien l’admettre, est loin d’être de tout repos pour le corps et l’esprit.

Voir mon petit Martin poser sa main sur mon ventre et attendre de sentir son futur petit frère (ha oui! c’est un garçon! Encore!). Le voir prendre son rôle de grand-frère au sérieux et contrôler tout ce que je mange (le pauvre à bien du boulot!), me dire que bientôt il seront deux… Me poser, là… Dans le silence et intégrer le moment. Le moment où moi, Hélène, je porte la vie, je vais donner la vie. Il faut parfois s’arrêter, tout arrêter, se mettre sur stop pour comprendre réellement l’étendu de la chose, de ce pouvoir incroyable.

Alors mes petits bouts, promis mon cœur sera bien assez grand pour vous nicher tout les deux au creux de lui. Mes bras seront bien assez forts pour vous câliner à l’infini. Mes yeux seront bien assez ouverts (jour et nuit) pour veiller sur chacun de vos gestes, et mon ego de maman sera bien assez développé pour avoir à chaque seconde une fierté inébranlable pour vous, mes garçons… Que j’aime tant.

Vous pourrez être bébés, petits ou grands, votre maman restera toujours ce cœur pour vous aimer, ces bras pour vous consoler, ces oreilles pour vous écouter et cette expérience pour vous conseiller. A chaque épreuve de la vie, je serais là… Toujours.

Bref… Je vais être (encore) maman… Et ça promet! <3

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *